Les Brouilleville en vadrouille

Le Grand Tour 2019

Rechercher
  • Le Grand Tour 2019

Grèce | Crète

*** Publication un an et quelques poussières plus tard ***

Nous sommes le 10 octobre 2020. Nous vivons une seconde vague. Pas une vague bleue qui fait rêver. Une vague de Covid-19, ce nouveau virus qui a complètement chamboulé nos modes de vie, un virus qui nous a "encabanés" tout le printemps et qui nous empêche encore de voir les gens qu'on aime. Combien de fois nous nous sommes pincés ce printemps lorsque nous pensions à notre grand tour à travers le monde en 2019, pour être certains qu'il fût bien réel, surtout dans ce contexte où le simple fait de changer de région du Québec semble désormais difficile...


Tout au long du printemps 2020, nous avons eu le privilège, et le grand bonheur, de voyager en pensées en nous replongeant dans notre périple de 2019. Pour rêver un peu, nous regardions le calendrier en nous demandant dans quelle ville, quel pays, nous étions à pareille date l'an passé. Nous nous sommes raconté des tonnes d'anecdotes, nous avons mangé asiatique, et Xavier a même fait du roti canai (!), nous avons regardé nos vidéos.


Et le temps a passé. Fou comme il passe vite, le temps. Même en pandémie. Fou comme nous avons l'impression d'être à des années lumières de ce beau grand voyage.


Un peu plus d'un an plus tard, voici l'ultime portion de notre voyage qui demeurait manquante. Celle que nous avions tenté d'écrire en Grèce, dans les jours précédant notre retour au bercail, le 12 juillet 2019. Le temps nous manquait un peu pendant ces derniers jours de voyage. Trop à voir encore, trop à savourer. Et chaque occasion d'écrire sur ce blogue se concluait par une crise pestant contre la piètre qualité de l'accès Internet ...


Annie a dit au retour à la maison : si je n'écris pas tout de suite le volet crétois, je ne le ferai jamais. Elle n'avait pas tout à fait tord, ou presque raison. Le quotidien a repris le dessus, les activités se sont démultipliées, le temps a filé très vite, trop vite. Et puis il y a eu le coronavirus... et la vie est devenue un peu étrange.


Or, ce voyage, il nous aura appris une tonne de choses. Dont une, que nous avions un peu oubliée déjà : savoir s'arrêter, prendre le temps.


Voici donc la finale racontée avec un décalage certain, une superbe connexion Internet, des couleurs d'automne et une envie forte de revivre, en se replongeant dans les photos, cette période si heureuse de notre vie (et si surréaliste dans le contexte actuel).


Pour les curieux qui se demandent : est-ce que vous en parlez souvent de votre voyage avec les enfants ? La réponse est simple : oui, souvent, souvent. Cette expérience nous habite. Cette expérience nous a permis de voyager encore un peu en 2020. Cette expérience nous nourrit, encore et encore.

***


Nous avons quitté Santorini en fin d'après-midi à bord d'un ferry en direction de la Crète. Il avait un peu de retard ce ferry, ce qui nous a permis de voir le coucher de soleil sur les eaux grecques. Toujours un panorama idyllique.



Nous sommes donc arrivés vers 21h30 au port d'Héraklion, en prenant soin d'aviser notre logeuse, Despoina, que nous serions quelque peu en retard. Arrivés au port, nous avons pris nos bagages et puis avons marché, sacs sur les dos, jusqu'à son appartement (une petite demie-heure de marche). Les enfants nous ont épatés. Il était tard mais ils ont porté leurs sacs sans trop rechigner. Mais qu'est-ce qu'ils étaient lourds leurs sacs !! Nous nous en sommes rendus compte une fois arrivés, en voyant qu'Henri trimballait le "marbre" que nous avions trouvé à Naxos en plus de son précieux cartable contenant sa collection de cartes de foot ...


Nous avions lu que les crétois sont des hôtes d'une très grande générosité. Despoina nous l'a démontré dès notre arrivée (et chacun des hôtes suivants aussi!).


Telle une grand-maman, elle avait fait les courses, mis une tiropita au four, cuisiné un gâteau. Il y avait du vin et du raki (évidemment!). Elle a aussi sorti un sac à surprises pour que les enfants se choisissent un cadeau. Nous étions ébahis par tant de générosité. Et dire que nous ne dormions que 2 nuitées chez elle. Son appartement nous a permis de faire "comme si nous étions à la maison", de jouer un peu, tout en visitant Héraklion.


Nous nous sommes baladés dans Héraklion, nous avons fait du shopping (les enfants avaient besoin de nouvelles chaussures!), passé du temps sur les terrasses pour goûter toutes sortes de spécialités crétoises et avons visité le superbe musée archéologique.


Nous avons ensuite commencé notre périple crétois à bord de notre Fiat Punto blanche, louée d'un type qui nous semblait un peu louche. L'histoire nous a prouvé qu'il était seulement "très détendu" et qu'il ne fallait pas trop l'énerver ...


La route a commencé par la chasse aux sites archéologiques (encore!). D'abord Cnossos, site très touristique et véritable curiosité, dans tous les sens. C'est joli mais nous avions tout de même un sentiment assez partagé en visitant ce site : n'est-ce pas un peu étrange d'avoir repeint et reconstruit les vestiges ?!


Nous cherchions ensuite un endroit pour casser la croûte. Nous nous sommes arrêtés dans un village presque désert, pour y manger une bouchée. La "bouchée" s'est traduite en véritable festin, dans le petit jardin d'un restaurant où nous avons goûté à des plats traditionnels complètement exquis (et généreux - nous avons rapporté littéralement deux repas avec nous!). Le proprio était sympa et lui aussi, fort généreux. Il y a eu le raki et les desserts gratuits (nous avons rapidement compris que c'est une coutume crétoise) ...


En reprenant la route, nous avons vu qu'il y avait le temple d'apollon sur notre chemin (à Gortyne). Nous y avons fait un arrêt imprévu et découvert ce joli site qui se cache aux travers des oliviers.


Notre coup de cœur de la journée, ce fût le site de Phaistos. Arrivés en fin de journée, avec une lumière superbe, nous avons trouvé un site quasi désert dans lequel on pouvait explorer chaque petite pièce et y déchiffrer des codes (graffitis de l'époque ?) gravés dans les murs. Ce fut magique!


Nous avons ensuite quitté pour le petit village de Pitsidia, un peu perdu dans les montagnes, où nous avions réservé un appartement pour deux nuitées. À peine arrivés à Pitsidia, nous avons fait l'apéro avec le proprio, très sympa (encore!), pendant que les enfants copinaient avec les enfants du coin. Nous les avons regardé joué ainsi pendant des heures, heureux de les voir s'amuser, courir, rigoler avec d'autres enfants.


La Crète, c'est la montagne, les randonnées (enfin, on a tenté mais finalement, Agia Triada, c'était ... fermé?), les petits villages, les sites archéologiques et la mer ... la mer et des tonnes de plages toutes aussi belles, chacune avec ses atouts particuliers.


En roulant vers la Canée, nous avons fait quelques arrêts dans la vallée d'Amari. Nous sommes passés à travers des petits villages, certains trop petits pour y passer (Monastiraki!), d'autres où nous ne pouvions manger plus "local" et pour pas cher! (Amari), d'autres avec des noms rigolos (Fourfouras!). Puis, nous nous sommes arrêtés au monastère d'Arkadi, un site superbe, chargé d'histoire. La visite de ce monastère nous a permis d'en apprendre sur la résistance crétoise, face à l'occupation ottomane. Triste et fascinant à la fois.


Nous avions deux nuitées à la Canée, dans un hôtel avec piscine (un luxe appréciable!). Nous avons passé toute une journée à arpenter la vielle ville. Elle est vraiment jolie, avec ses ruelles, ses restos, son port. La partie plus récente de la ville, où nous logions, est tout aussi charmante.



La Canée, pour nous, c'est aussi synonyme de fun, beaucoup de fun... fun comme dans "on passe la journée dans un parc aquatique" !!! Les enfants étaient au paradis. Même nous ! C'était la journée rêvée : aucune file d'attente, un nombre incalculable de glissages de folie, du bon temps, et du fun, plein plein de fun (nous l'avions mentionné?).


C'est d'ailleurs lors de cette journée folle que nous avions fait un peu de repérage pour l'anniversaire d'Henri. En face du parc aquatique, il y avait une superbe piste de Go Kart ... Nous l'avions évidemment gardé en tête pour la super fête de 8 ans d'Henri qui avait lieu quelques jours plus tard... (voir la publication d'Henri intitulée : ma fête folle en trois parties).


Après la Canée, nous avons pris la route vers l'ouest : direction Falassarna. Nous y sommes restés 4 nuitées dans un hôtel bien situé, mais sans plus. D'ailleurs, le proprio détonnait un peu... il était, comment dire, correct? Sans plus, sans sourire, sans rien. Pas vraiment le charme crétois auquel nous étions habitués depuis notre arrivée sur cette grande île. M'enfin, cet hôtel nous a permis de profiter de la plage et de ses couchers de soleil. Et des délicieux repas du Golden Sunset (restaurant) où nous avons mangé trois soirs de suite ...


Bien que la plage de Falassarna vaille tous les détours, nous avons fait une expédition d'un jour vers Balos (plage divine). Quelle belle journée ! Elle a commencé par le bateau, que nous avons attendu quelques instants en charmante compagnie. Nous avons rencontré Nikolas, un grec de la place, fort attachant avec qui nous avons eu une conversation sur la vie, tout simplement. Puis nous avons pris le bateau, à bord duquel nous avons fait la connaissance d'un couple d'italiens, tellement charmants eux aussi. C'est évidemment Henri qui nous avait "forcés" à entrer en contact avec eux, ayant entendu l'italien raisonner dans ses oreilles.


Et puis nous sommes arrivés à Balos, là où le bleu de l'eau est tout simplement indescriptible ...


Après ces paysages couleur azur, nous avons repris la route vers le centre de la Crète. Nous avions un rendez-vous important à Agia Pelagia, petit village où nous retrouvions notre ami Vincent avec sa belle bande. Nous en avons profité pour visiter Rethymnon au passage, avant de faire les courses pour accueillir Vincent, dans sa maison de location, que nous récupérions avant lui (!). Nous sommes arrivés là-bas les bras chargés de provisions, ayant momentanément oublié que les crétois sont généralement très accueillants ... Vincent s'est retrouvé avec beaucoup, beaucoup de nourriture...


Vincent, c'était d'abord un ami d'Annie, rencontré en 2005, lors de nos études à Paris. Vincent est rapidement devenu l'ami de la famille. Il est venu nous visiter au Québec puis, pendant plusieurs années, nous ne nous sommes plus donné de nouvelles (faute de temps, pas d'envie). Et tout juste avant de quitter pour le grand tour 2019, il nous a écrit pendant les fêtes 2018. Et puis c'est revenu, naturellement. Et puis il a planifié ses vacances en famille en Crète, pendant que nous y étions. Et puis nous nous sommes retrouvés le temps d'une soirée/nuitée dans sa maison louée, avec Clémentine et les filles. Que du bonheur, simple et vrai, dans un cadre enchanteur. Les enfants se souviendront de leur jeu des recettes mystères ... et nous aussi ! Bonne santé à vous chers amis (et à bientôt)!


Dernier arrêt à Spili, petit village tout près, où au détour d'une rue nous avons retrouvé nos copains ! Quand les hasards font bien les choses ...