Les Brouilleville en vadrouille

Le Grand Tour 2019

Rechercher
  • Le Grand Tour 2019

Italie | Maratea et Matera (Basilicate)

Nous avons poursuivi notre route vers la Basilicate, cette région si verte et si rocheuse à la fois, qui offre des points de vue à couper le souffle et qui comporte également une tonne de petits villages construits à flanc de montagne, dont leur construction étonne vu l’escarpement, mais qui semblent y être installés depuis toujours…


Une route superbe et de magnifiques paysages (les photos, elles sont dans nos yeux et nos têtes) ! 


Maratea


Nous savions que nous étions rendus à destination lorsque nous avons vu Il cristo redentore, la fameuse statue du christ rédempteur qui domine la montagne San Bagio. Nous n’avons encore jamais vu celle de Rio de Janeiro, qui aurait environ 10 mètres de plus, mais celle de ce petit village de Maratea, du haut de ses 20 mètres, en jette …


La route pour rejoindre l'hôtel où nous ne dormions qu’une seule nuit (et heureusement car c’était dans un hôtel assez impressionnant où les gens viennent se marier, fêter leur anniversaire, etc. – nous avons eu droit à une fête toute la nuit, avec feux d’artifice qui semblaient sortir de la chambre voisine… courte nuit), la route donc, est certainement celle à l’origine de l’expression « virages en épingles ». De la courbe, en voulez-vous en revoilà !


Une fois arrivés là, avec la superbe piscine avec vue, nous étions fort heureux d’apprendre que l’hôtel offre le service de navette pour se rendre au centre historique de Maratea (petit répit fort apprécié pour le conducteur).


La piscine… nous avons déjà souligné que les italiens pestent contre leur printemps plutôt frais. Il fallait donc être sacrément courageux pour y sauter. Delphine et Xavier ont relevé le défi (quelques petites minutes) - il faisait quand même soleil après tout !



Ensuite, nous avons fait une visite de ce joli village de montagne, tout en ruelles et petits escaliers qui nous mènent dans des petits coins chargés d’histoire remontant parfois au XIII siècle.


Nous avons eu un moment fort : le repas dans la boutique-resto où nous avons pu goûter à toutes sortes de spécialités locales en bavardant avec les charmants propriétaires (la Merenderia). Xavier a retrouvé ce qu’il avait découvert à Montréal (et tombé raide dingue) : le Nduja (prononcé « èndouilla »). C’est assez relevé, même pour des palais habitués aux épices et aux piments - Delphine et Henri ont cru que le feu prenait dans leurs bouches!!


C’est aussi là que nous avons appris comment se nomment ces petits verres de vin que nous apprécions tant : le traditore (les traitres). Parce qu'on ne se rend pas trop compte qu'on en boit beaucoup (de vin) dans ces verres ...


Matera


Le lendemain, nous avons quitté pour Matera en nous enfonçant encore davantage dans les montagnes. Cette ville de Matera est non seulement très jolie, elle est intrigante et fascinante. Nous avons adoré !


D'ailleurs, tous les italiens que nous avons rencontrés, que ce soit en Basilicate, dans les Pouilles ou en Calabre, nous ont tous dit que cette ville est stupenda.


Construite dans le calcaire, Matera est famosa pour ses sassi, de véritables grottes, habitées depuis le néolithique. Elle a connu différentes époques, des heures plus glorieuses, tout comme des histoires, assez récentes, à donner froid dans le dos. Dans les années 60, elle a été complètement « inhabitée » parce que « vidée » de ses habitants qui vivaient dans les grottes, complètement déconnectés de la réalité (enfin, de celle que l’on connaît) et dans des conditions d’insalubrités atroces. Cette situation a été décriée et tout un système de relocalisation a été mis en place s'échelonnant sur plusieurs années, ayant plus ou moins de succès. Nous avions initié notre visite de la ville en visitant le musée Casa Noha, où nous avons appris ces histoires, ce qui a bien sûr teinté la suite de notre visite.


Nous avons vu des églises construites dans la roche avec des fresques d’époque et une grotte reconstituée, nous montrant l’état d’exiguïté auquel faisait face ces familles nombreuses habitant sous le même toit que leurs animaux, n’ayant qu’une seule minuscule fenêtre d’aération...


Le cinéma a redonné un souffle à cette ville (plusieurs films y ont été tournés), qui est désormais très belle et touristique, et elle a été désignée cette année la capitale européenne de la culture (grande source de joie et de fierté pour ses habitants!). Nous avons beaucoup aimé nous y balader, à travers le son de fanfares car, il faut le dire, c’était aussi le week-end de l’armée de terre italienne (les Barsaglieri). Donc chapeaux à plumes et fanfares (de jour comme de nuit … décidément, ce n’est pas en Basilicate qu’on peut dormir tranquilles!).



Il faut souligner que c'est ici, au détour d'une ruelle et de façon totalement inattendue, la mamma a reçu un certificat cadeau pour un massage dans un spa luxueux campé dans un ancien sasso... le luxe (merci encore à Xavier !!!!).



Nous avions un appartement fort bien situé, un peu blanc et impersonnel, mais très confortable. Nous y avons fait de bons repas en écoutant de vieux hits italiens : « nous sommes comme des italiens », dixit Delphine. Un peu ouais...


En quittant la ville, nous sommes allés faire une randonnée dans le Parco della Murgia, un endroit fascinant où nous avons pu découvrir plusieurs grottes et des églises rupestres, en ayant une vue sur la ville de Matera. Ce fut un coup de cœur !


Indiana - papa - Jones !

Et nous avons aussi marché dans des sentiers nous menant vers l’âge de pierre (rien de moins!). Les enfants ont adoré se cacher dans cette grotte du néolithique. Y'a pire comme terrain de jeu ...



0 vue
 
 

Contactez-nous

 

©2019 Les Brouilleville en vadrouille (avec l'aide de Chad Gourville).