Les Brouilleville en vadrouille

Le Grand Tour 2019

Rechercher
  • Le Grand Tour 2019

Malaisie | Pulau Perhentian

Comment décrire ce petit coin de paradis ? Par le commencement, tout simplement.


Nous avons quitté une île, Pulau Penang, pour en découvrir une autre. Beaucoup moins habitée, beaucoup moins développée, mais tout aussi charmante. Plus exotique ? Certes plus ensablée, plus verte et sauvage, mais l’exotisme était déjà bien présent à George Town. Plus détente quoi!


Nous avons pris l’avion pour Kota Bharu, puis le taxi jusqu’à Kuala Besut et enfin le speed boat jusqu’à Pulau Perhentian Besar, la grosse île. Car la petite, juste à côté, se nomme Pulau Perhentian Kecil. Annie croyait avoir le pied marin mais disons que le speed boat l’a quelque peu secouée… c’est que ça brasse dans ces petits bateaux qui fendent les vagues et qui, par moments, volent au-dessus de l’eau pour y retomber avec fracas! Henri, lui, était mort de rire, se croyant dans un manège de La Ronde!! Et Delphine et Xavier riaient aussi, d’Annie bien sûr…




Notre cabane en bois


Une fois arrivés, nous avons dû patienter quelque peu avant de pouvoir accéder à notre petite cabane de bois, car nous étions arrivés bien tôt au Reef Chalets. Nous avons alors laissé les sacs à la réception, enfilé les maillots, sorti le sepak takraw et patienté gaiement. Delphine a sauté illico dans l’eau alors que nous pratiquions (!) ce sport national avec Henri.


À peine quelques instants plus tard, Delphine s’était déjà fait une bande de copains, des malais de Kuala Lumpur en vacances pour la relâche scolaire.


Ils quittaient le lendemain mais nous avons bien profité de leur présence et de leur gentillesse jusqu’à leur départ. D’ailleurs, le matin de leur départ, après un échange de coordonnées et après nous avoir partagé quelques bouts de beignets de poissons, ils nous ont généreusement offert le lunch ! Des petits paquets de riz et de poulet que leur ami du village leur avait apportés le matin que nous avons dégustés sur la plage, sous un palmier, avant de partir en expédition snorkeling! Forts gentils ces malais de KL!


Nous avons séjourné huit nuitées dans un petit chalet au confort rudimentaire, un peu rustique, offrant une très grande proximité pour tous ses habitants (!) mais tout à fait parfait pour nous et situé à deux pas de la plage. Avec vue sur la plage en fait. Et doté de petits hamacs que les enfants ont adoré !


Cet endroit nous a bien plu et nous a permis de dormir au calme, sans rien entendre dehors, si ce n’est que des bruits de bestioles dans la jungle derrière.


Notre environnement


Tous les jours nous avons vu la mer, le sable, le soleil et les petits animaux, et entendu l'appel à la prière du muezzin (5 fois par jour).


Nous avons vu les macaques, qui sortent en groupe, toujours. Les chauves-souris, qui logent derrière le chalet #10, et comme nous sommes au #9, nous les avons vues de près… Même un jour, une chauve-souris est morte devant notre chalet, sous les yeux incrédules de Xavier et Delphine !


Nous avons aussi vu des écureuils, que les gens nourrissaient à coup de frites alors que nous voulions plutôt les chasser … Nous n’aimons pas plus les écureuils ici qu’à Montréal!


Nous avons même vu des écureuils volants ! En fait, pas des écureuils volants mais des colugos. Nous avons appris le nom de cette bête le jour où il y en a un qui a quasiment foncé sur nous (plus précisément sur Xavier) !!!!!


Puis il faut parler des poissons, des poissons et des poissons, des tortues … et de la raie. Cette fameuse raie si jolie que nous avons vue au retour d’une virée à bateau.



Nos activités


Détente, école et baignade. Ce pourrait résumer le séjour sur l’île. Mais il y a évidemment plus de détails, bien sûr. Nous avons complètement changé le rythme ici. Aucune hâte le matin pour se sortir du lit, ni pour aller déjeuner. Nous attendions le réveil naturel de tout un chacun, patientant évidemment tous les matins après celui de Delphine, qui étirait évidemment le moment avant d’arriver.


Puis nous allions prendre le déjeuner chez Barat, où Xavier prenait systématiquement le roti canai, où nous buvions un liquide noirâtre nommé café, que nous commandions deux fois tellement il était…enfin, c’était du café (!), et où on faisait l’école avec les enfants pendant 1 à 2 heures.


Puis la baignade. De la baignade de luxe ! La baignade dans une eau claire, sans méduse ni rien d’autre qui pourrait être désagréable, sur une plage divine au sable blanc et fin. Et si nous changions de coin, nous allions nous baigner parmi les rochers pour y découvrir toutes sortes de poissons, des petits des gros, des Némos et des multicolores, à s’en mettre plein la vue. Bien que notre virée en bateau pour faire du snorkeling était super intéressante, y voyant des coraux, des poissons, une tortue et, certains, pas nous, ont vu des requins (!), notre petit endroit de plongée à nous, où nous étions seuls, nous plaisait au point d’y revenir tous les jours. Henri a particulièrement aimé et en redemandait toujours!


La baignade s’étirait jusqu’à 19h, permettant aux enfants de parfaire leurs techniques de boulangers – ils ont « ouvert » la boulangerie HDBB sur la plage et chaque jour ils y travaillaient en fin de journée.


Et en soirée, nous allions souper (souvent chez Barat, quand on aime on aime… et quand on n’a pas trop de choix, on n’a pas de choix…) et puis nous faisions une petite balade sous un ciel étoilé avec des tonnes et des tonnes d’étoiles lorsque les soirées étaient exemptes de nuages. Ces soirs-là, Xavier faisait des leçons sur l’immensité de l’univers, le big-bang, les galaxies, l’apesanteur et la gravité … les enfants étaient captivés.


Et pendant quelques nuits, nous avons eu des orages. Que de nuit, jamais de jour. La chance !


Notre virée au village


Un jour, nous avons pris le taxi (en bateau, évidemment!), pour se rendre à la petite île, Pulau Kecil. Là, on retrouve 2000 habitants, dans à peu près 200 maisonnettes, parfois 10-15 dans une même maison nous a-t-on dit. Il y aussi une gigantesque Mosquée, dont l’appel à la prière résonne jusqu’à notre petite cabane en bois.


Nous avons tenté une visite de l’école. Nous souhaitions rencontre un professeur, voir une classe. Nous avions préparé quelques questions. L’accès n’était pas si simple… Nous avons pu faire un petit tour, escortés par le surveillant. Pas de photos qu’il nous a dit. Annie a un peu triché …


Il y a 207 étudiants dans cette petite école primaire, âgés de 7 à 12 ans. Ils ont un horaire qui débute le matin vers 7h45, avec un petit déjeuner à la cantine, puis une autre pause vers 10h, puis le repas du midi vers 13h. Les enfants quittent alors l’école pour aller manger à la maison, puis ils retournent à l’école à 14h. Pour y apprendre le coran. L’école se termine à 17h. Vers l’âge de 13 ans, les enfants quittent pour le secondaire, sur le continent. Ils y sont en pensionnat. Ils y restent 2 semaines, rentrent pour un week-end, puis retournent de nouveau. L’année scolaire se tient de janvier à fin octobre, ponctuée de congés scolaires ici et là, liés pour la plupart aux fêtes religieuses musulmanes.


C’est notre nouvelle amie, Rania, qui tient un café là-bas, qui nous a tout expliqué avec sa charmante nièce (vous les verrez avec Clément Aplati!). Nous y avions mangé un petit repas pour le lunch et ensuite nous avons bavardé avec elles. Nous avons appris que la nièce se marie dans une semaine – elle nous invitait carrément au mariage! – avec son amoureux rencontré à l’école. Tout le village y sera invité à cette grande noce, rien de moins ! Et on nous a promis une vidéo …


Ce qui fascine dans ce village c’est la taille et le bon état des institutions (l’école, la police, les pompiers, la mosquée) versus l’état général des petites maisonnettes…


Et ce qui nous a fasciné, nous, et les gens qui nous demandaient l’âge des enfants, c’est la taille des nôtres justement ! Henri dépasse d’une bonne tête tous les enfants de 7 ans alors que Delphine est carrément géante …


Notre coucou avec l’école St-Ambroise


Un autre point fort de notre séjour ici, c’est que Delphine a enfin pu joindre sa classe par appel vidéo. Elle attendait et espérant ce moment depuis un certain temps. Le décalage ne rendait pas la chose facile… Mais sa gentille professeure, Annipier, a su nous organiser une séance avec la classe. C’était fabuleux de voir Delphine, les pieds dans le sable et sous les étoiles, parler à sa classe en lui racontant notre périple et tout ce qu’elle découvre. Elle a été épatante ! Elle nous a fait un exposé oral de championne et a pu voir les sourires sur les visages de ses camarades de classe. Un beau moment !!!


Nos rencontres


Cette pause détente a aussi été teintée par de belles rencontres. D’abord cette famille de malais, que nous reverrons peut-être à KL. Puis surtout, cette charmante famille de lyonnais, tourdumondistes, avec qui nous avons passé une superbe journée. Les enfants ont barbotés tous ensemble, ils ont boulangé (HDBB, c’est une business!!) et nous avons parlé avec les parents sans relâche.


Nous leur avons aussi montré notre petit repère de poissons, parmi les rochers. « Vous rigolez avec vos poissons? » nous a dit Alban, de 7 ans, avant d’en voir de toutes les couleurs et de lâcher des « oh! ah! Y’en a plein !!! ». Même euphorie pour Victor, 6 ans, et la petite Chloé de 3 ans.


On la voyait au Barat depuis quelques jours cette belle famille et quand Noémie nous a abordés (encore merci !!!), nous ne les avons plus lâchés d’une semelle jusqu'à leur départ le jour même. Eux, ils sont partis 7 mois autour du monde. Ils ont aussi un blog (qui est superbe d'ailleurs : notre grand voyage a cinq) et ils ont fait tous les endroits que nous avions en tête et que nous avons abandonnés pour diverses raisons … le Sri Lanka, le Cambodge, l’Inde … ils nous ont fait rêver!


Nous avons aussi rencontré d’autres français (décidément!), de Biarritz cette fois. Un charmant couple, Éric et Hélène, amoureux de voyages, particulièrement de l’Asie (vous les verrez aussi avec Clément Aplati - le chapitre 6 est en préparation!). Nous avons eu grand plaisir à papoter avec eux d’un peu de tout, que ce soit sur la plage, tout près de la boulangerie HDBB, ou même autour d’une bière. Delphine et Annie ont même croisé Éric lors de leur seconde escapade aux tortues. C’est Delphine qui avait repéré la tortue, Annie a ensuite sauté, puis tout le bateau sur lequel se trouvait Éric a sauté à l’eau. Encore merci Éric de nous les avoir ramenés tous … (ah! ah!) !


Notre départ


Le retour en speed boat vers Kuala Besut fut plus calme cette fois. La mer était-elle moins agitée ou est-ce nous qui sommes complètement détendus ? Chose certaine, nous quittons notre île avec le sourire aux yeux. C’était vraiment bon cette pause.


Nous repartons donc pour la ville, et toute une : Kuala Lumpur. Chose certaine, pour nous, ça continue : tout roule !!

113 vues
 
 

Contactez-nous

 

©2019 Les Brouilleville en vadrouille (avec l'aide de Chad Gourville).