Les Brouilleville en vadrouille

Le Grand Tour 2019

Rechercher
  • Le Grand Tour 2019

Thaïlande | Chiang Mai

Mis à jour : 23 mars 2019

Nous avons quitté les plages de Krabi pour nous rendre dans les montagnes, au nord de la Thaïlande. Après un court vol à bord d'Air Asia (encore), au cours duquel nous avons pu déguster un curry de poulet avec son riz et son omelette (encore), nous sommes arrivés à Chiang Mai en soirée, autour de 20h30.


Une fois sortis de l’aéroport, nous avons hésité un instant. Tuk-tuk ou taxi ? Nous y sommes allés pour la simplicité et avons pris un taxi. Plus certain, du moins pour le tarif !


Et puis nous sommes arrivés à notre charmant hôtel, le Awanahouse. En franchissant une petite allée de lanternes colorées, nous avons découvert la cour intérieure de ce havre de paix, situé dans une des nombreuses ruelles de Chiang Mai.


Nous avions annoncé notre arrivée tardive. Le personnel gentil et attentionné du Awanahouse nous attendait, avec le sourire, pour nous faire visiter les lieux. Un véritable accueil chaleureux, comme si l'on arrivait à la maison familiale.


Et un type, assis au bar, nous a demandé d’où nous venions, en anglais. « Du Canada », a répondu Xavier. « Et d’où exactement ? », demanda-t-il de nouveau, toujours en anglais. «De Montréal !», a répondu Xavier. C’est alors qu’il nous a demandé en français cette fois, avec un accent bien de chez nous, « et d’où à Montréal? ». Petite-patrie qu’on lui répond. Et c’est ainsi que nous avons fait la connaissance de Steeve, qui habite le plateau Mont-Royal, à 10 minutes de notre maison montréalaise.


Ce sont ces rencontres qui teintent agréablement un séjour et qui le transforment en expérience unique. Car il faut dire que notre nouvel ami Steeve est tombé amoureux du Awanahouse, enfin, de sa propriétaire (Moy), et qu'il y demeure depuis plus d’un mois. Il avait prévu se rendre plus au sud, vers les îles, mais c’est au nord de la Thaïlande qu’il a trouvé son ilot de bonheur… Il connaît donc un tas de bons plans, un tas d’endroits et étant doté d’une générosité inégalable, il nous a appris plein de choses, alternant entre la biologie et le bouddhisme, en passant par les requins et les plantes, et les chinois ! Il a conquis le cœur des enfants, qui buvaient ses paroles et ses enseignements (même les moins sages !) et qui faisaient tout ce qu’il leur demandait (comme de nourrir les poissons). Et il a aussi conquis le nôtre de cœur, bien sûr, car comment pourrait-on résister à ce charmant personnage ? Il nous a bien gâtés notre nouvel ami Steeve (vous le verrez dans les lignes qui suivent) !



Chiang Mai - ses temples


Chiang Mai, qui fut jadis la capitale de la Thaïlande, possède un centre historique entouré de quelques restants de remparts. Nous avons abondamment arpenté ce quadrilatère, parcourant les centaines et centaines de temples qu’on y trouve, à chaque coin de rue, parfois l’un en face de l’autre.


Nous en avons visité plusieurs, nous avons même laissé nos traces à certains endroits. On peut maintenant retrouver les Brouilleville dans l'un de ces Wat (temples). Delphine nous a partagé les connaissances qu'elle a acquises à l'école sur le bouddhisme. Fort instructif ! Nous avons aussi appris qu'il y a une représentation du Bouddha pour chaque jour de la semaine et celui du samedi captivait systématiquement l'attention des enfants.


Lors d'une de nos virées extra muros avec Steeve et Moy, nous avons appris qu’une petite fête se tient à chaque fois qu’un temple est rénové, ou lorsqu’on y ajoute un nouvel élément décoratif. Nous avions alors croisé un cortège de gens chantant et dansant dans la rue pour célébrer leur temple.


Lors de notre "vraie" dernière journée à Chiang Mai, car il faut dire que nous avions fait les bagages un jour trop tôt croyant partir le lendemain alors qu'en vérifiant l'horaire de notre vol, nous avons constaté que le départ était le surlendemain (ah! les vacances ...), nous avons donc eu une autre dernière journée! Et comble de chance, nous avons alors pu assister à une telle fête dans le centre historique alors que nous marchions vers le seul et unique parc de la vieille ville. En passant tout près d'un temple (le Wat Phra Chao Meng Rai), nous avons vu une grande foule festive. Cette journée-là, on ajoutait une flèche dorée à ce temple et tout le site était décoré pour l’occasion. Une dame nous a gentiment expliqué les festivités, elle nous a invités à boire et à manger avec eux. Il y avait de la musique, de la danse et beaucoup de sourires.


Chiang Mai – ses rues et ruelles


Le centre historique de Chiang Mai se découpe en rues et en ruelles. Les ruelles sont parfois bien mystérieuses car on ne sait jamais trop si elles mènent à quelque part ou pas. Elles sont toutefois ravissantes et s'y perdre est un pur bonheur. Les rues sont quant à elles plus bruyantes, on y entend les pétarades des tuk-tuk, des Rót daang (camions rouges), des scooters et autres véhicules. Certaines maisons ont conservé leur style traditionnel, sur pilotis. D'autres sont beaucoup moins jolies. On y voit de tout. Les hôtels et guest houses se multiplient. On voit très peu de verdure mais des tonnes de fils électriques ! 


Au détour d'une de ces ruelles, nous avons mis les pieds dans un endroit très charmant. Un autre temple. Mais celui-ci était particulier, tout en couleurs. Un jeune écolier thaïlandais y attendait les touristes pour leur demander de participer à un sondage en anglais portant sur la ville de Chiang Mai. Le jeune garçon de 12 ans a choisi de demander à Xavier de participer à son projet scolaire, sous le regard attendri de son père. Très sympathique de voir un professeur en vacances se faire sonder par un jeune écolier. Pour le volet pédagogique du voyage, on ne pouvait demander mieux !


Chiang Mai – ses massages


À Chiang Mai, nous avons été fascinés par le nombre incalculable de sites offrant des massages thaïlandais. Avec les enfants, nous nous sommes amusés à comparer les offres et les prix. Annie et les enfants se sont même laissés tenter par le "massage" des pieds version "petits poissons qui mangent les peaux mortes". Quelles sensations et quels fous rires !!! Un vrai délire.



La vraie expérience du massage thaï, très intense et bien "corporelle", Annie l'a vécue dans un centre de massage particulier, le Lila Thai massage. Il s'agit d'un centre de réinsertion sociale pour les femmes thaïes ayant purgé une peine en prison. Un très joli centre, très propre, où Annie et les enfants ont été fort bien accueillis. Comme le massage thaï est très physique (la dame a littéralement grimpé à genoux puis debout sur Annie et lui a fait faire diverses contorsions !), les enfants ont eu droit à un massage des pieds pendant une belle heurette. Que du bon temps pour détendre les corps des voyageurs !



Comme c'est très contorsionniste, le massage thaï, on doit mettre un pantalon et un chemiser typiquement thaïs pour la détente (!).


Chiang Mai – son parc


À l'intérieur du centre historique, il n'y a qu'un seul petit parc. Mais il fut fort apprécié lors de notre "vraie" dernière journée. Nous avons pu y faire quelques apprentissages scolaires et surtout, Henri a pu jouer gaiement avec son super achat local : le sepak takraw. Il s'agit d'une balle qui nous permet de jouer - comme des amateurs ! - au ballon/aki !


Et c'est au retour de ce parc qu'Annie a décidé de négocier notre première balade de tuk-tuk ! Et quelle balade ! Henri devant, avec le chauffeur, qui se met à répéter tout ce que prononce le chauffeur qui lui, amusé par Henri, se met à dire un paquet de trucs et à rire abondamment ! Une vraie belle balade et pour pas cher !!!


Chiang Mai – extra muros


Nous avons passé deux belles journées à l'extérieur de la ville de Chiang Mai avec nos amis Steeve et Moy. Grâce à eux, nous avons pu voir des coins plus difficilement accessibles et certains connus que par ceux qui connaissent bien les environs, justement.  


Tous les six à bord du pick-up de Moy (ou le Air Moy comme disait Steeve, un Toyota HILUX, immense et Moy, si petite, qui nous le conduit comme une championne du monde dans des rues minuscules...), nous sommes partis encore plus au nord de la grande région de Chiang Mai.


Steeve nous avait parlé d'un site de cascades d'eau, plutôt rafraichissant après quelques jours dans la vieille ville assez aride! Nous avons évidemment accepté cette belle proposition! Sur la route, nous avons vu des rizières, des temples (!), des petits villages. C'était très joli. Et Moy nous a d'abord menés à un immense site de temples tous réunis les un samedi à côté des autres, le Wat Ban Den. À couper le souffle !


Ensuite, nous avons pris la direction de ces fameuses cascades, le site du Bua Thong Waterfall. Nous avons partagé un repas dans un petit kiosque à l'entrée de ce parc, kiosque qui ne payait pas de mine mais avec des saveurs exquises, puis nous sommes allés dans les cascades. Il fallait d'abord descendre un site puis remonter sur ces roches devenues bien lisses. C'était véritablement bon d'être en forêt, dans l'eau, à la belle fraîche.


Lors de notre autre balade, nous sommes repartis à bord d'Air Moy en direction du jardin royal (Royal Park Rajapruek), où nous avons eu une visite commentée par notre ami Steeve qui nous a appris un paquet de choses sur les plantes, les fleurs, les insectes ...


Et finalement, nous sommes montés vers le parc national du Doi Suthep pour y visiter le superbe temple surplombant la ville, le Wat Phrathat Doi Suthep. Il s'agit d'un site que l'on rejoint en grimpant un long escalier dont les rampes représentent un long serpent. Delphine et Annie s'y sont recueillies et ont été "bénies" par un moine bouddhiste. 


Chiang Mai – son smog


Nous ne pouvons terminer ce blog sans parler du smog de Chiang Mai. Cette ville peut se vanter (vraiment?) d'être la championne du monde du smog : https://lepetitjournal.com/bangkok/pollution-de-lair-chiang-mai-championne-du-monde-de-smog-252354.


Chaque matin, nous nous réveillions avec un ciel bien couvert. Les premiers jours, il se dégageait quelque peu au courant de la journée. À partir de notre première sortie en montagne, nous ne voyions que difficilement la montagne. Idem lors de la sortie au parc des éléphants (voir la chronique de Delphine sur son anniversaire éléphantesque). La guide nous a dit alors que puisque nous étions qu'à 100 km de la frontière du Myanmar, et qu'ils y font des brulis à cette période de l'année, ceci expliquait cela.


Or, il n'y a pas que les brulis qui expliquent ce smog. Il y a la pollution. Et plus les jours passaient, moins le ciel de Chiang Mai se dégageait. Lors de notre journée vers le Doi Suteph, nous nous sommes arrêtés à un belvédère pour casser la croûte et voir la vue ...


… Ce n’est que dans l’avion vers Bangkok, une fois le smog et les nuages passés, que nous avons retrouvé, enfin, un ciel bleu.

149 vues1 commentaire
 
 

Contactez-nous

 

©2019 Les Brouilleville en vadrouille (avec l'aide de Chad Gourville).