Les Brouilleville en vadrouille

Le Grand Tour 2019

Rechercher
  • Le Grand Tour 2019

Thaïlande | Railay (Krabi)

Mis à jour : 8 mars 2019

Nous avons quitté Singapour et ses hautes tours, ses bruits, ses commerces, sa luxure indécente puis nous sommes partis en direction de la Thaïlande pour y passer les trois prochaines semaines. Nous avons lu quelque part que l'aéroport de Singapour est l'un des plus appréciés au monde. Nul doute. Le personnel y est cordial, avenant et gentil (des sourires et des petits bonbons à la sécurité!) et un soin particulier a été apporté au confort des voyageurs pour les faire patienter en attendant leurs vols. Henri a eu le bonheur de regarder un match de foot sur grand écran dans un fauteuil très confortable. Delphine s'est assise dans une banquette turquoise et, tristesse, elle y était si bien qu'elle y a laissé son pull gris brillant provenant de Paris (désolés papi et mamie !). Delphine, dans sa grande sagesse, s'est consolée très rapidement en se disant qu'elle n'en aurait sûrement plus besoin de tout le voyage et qu'au retour, puisqu'elle aura tant grandi, il aurait été trop petit pour elle.  


Cette fois, ce n'est pas un avion R2D2 d'All Nippon Airways qui nous a transportés, mais un petit avion d'Air Asia. Cela a donné le ton pour la suite. Nous sommes atterris en sol thaïlandais en sortant de l'avion directement sur le tarmac! Nous avons ensuite pris un autobus nous menant à l'aéroport de Krabi. Un petit aéroport bien rudimentaire qui, enfin, nous a apporté un sentiment de réel dépaysement. Nous nous sommes sentis enfin hors sentiers bien battus et davantage dans un monde à taille humaine. 


Cela n'a duré que quelques instants car nous étions pris en charge par le resort dans lequel nous avions réservé une chambre pour la semaine (un début en douceur que nous nous étions dit...). Une fois les sacs sur les épaules, nous avons vu un Brouillette (approximatif) sur une pancarte, attendus un chauffeur (!) puis sommes partis vers notre plage paradisiaque de Railay West.


En fait, en rétrospective, pour nous rendre à Railay West, nous avons multiplié les divers moyens de transport. D'abord le métro à Singapour vers l'aéroport, l'autobus vers notre terminal, puis l'avion. Et à Krabi, un taxi mini-van avec bancs inclinables (que de plaisir pour deux jeunes enfants !!), une genre de moto side-car rafistolée, un de ces fameux bateaux thaïlandais (thai longtail boat), un tracteur-bateau (!) puis un cart de golf (qu'un seul, oui oui, pour nous quatre, nos sacs et le chauffeur!). Et puis nous sommes arrivés dans notre petit havre de détente.


La dernière photo, c'est notre maison ! Elle est à deux pas de la piscine, à trois pas de la plage. Chaque matin, nous avions un petit-déjeuner avec vue, une vue dont on ne peut se lasser... Et chaque jour, nous nous sommes baignés dans cette eau si clair et si chaude. Nous avons assurément fait honneur à la farniente italienne.


Ce dont on ne se lasse pas non plus ce sont les couchers de soleil, qui chaque jour donnent au ciel des teintes rosées et qui permettent à nos peaux de se soulager quelque peu de la force des rayons.


Les couchers de soleil à cette période de l'année surviennent autour de 18h30-18h40. Un peu après que les macaques aient fait leur apparition dans les arbres. Eux, ils sortent vers 17h30 et on dirait qu'ils sont tous les jours un peu plus nombreux. Et après le coucher de soleil, ce sont les chauves-souris qui sortent. Et elles arrivent toutes de la même montagne. Elles sont énormes. Un thailandais nous regardant ébahis nous a dit qu'ils ont la taille d'un poulet ! "Chicken bat" nous disait-il ! On s'est alors demandé (quasi-sérieusement) si le "chicken burger" qu'Henri avait pris le midi était en fait un "bat-burger" ! Soulignons, en matière de poulet, qu'on trouve non loin de Railay un "Chicken Island" et, fait exotique, un coq erre gentiment sur la rue principale du coin (la "Walking Street").


Nous ne nous sommes pas que prélassés sous le soleil (quoique si on avait donné cette option, Annie ne s'en serait pas plaint !), nous avons exploré les environs. Nous avons d'abord fait une virée en Kayak, ce qui a été un véritable moment de rêve ! Nous avions tout à découvrir et nous avions cette impression d'être seuls sur l'eau. Nous nous sommes rendus à la plage voisine, celle de Phra Nang. Là où il y a une cave emplie de phallus en guise d'offrandes à la princesse de Phra Nang...


Nous avons également exploré à travers des sentiers un peu hasardeux, pour nous rendre à une autre plage, celle de Tonsai. Cette petite randonnée nous a mené aussi au repère des grimpeurs aguerris, qui nous ont littéralement épatés.


Railay West nous a permis aussi de faire des après-midi scolaires. Nous avons bien profité du repos du soleil pour sortir les livres de mathématiques, français, calypso (!) et autres. Les enfants ont beaucoup lu, dévorant tous deux leurs bouquins ! Nous pensons déjà à faire une virée dans une librairie francophone quelque part à Chiang Mai ou Bangkok...


À Railay, nous avons aussi dégusté une quantité de plats thaïs à petits prix, mais assurément plus chers qu'ailleurs, car Railay, même si ses rues sont petites, n'en demeure pas moins très touristique. Nous y avons vu de tout. Et les enfants étaient captivés par un bar jamaïcain (!), dans lequel nous sommes allés prendre des drinks un soir pour jouer à des jeux. Nous nous rappelons de notre partie d'UNO qui a entrainé un déluge involontaire de Daiquiri à la mangue (sans alcool), lequel fut remplacé par un somptueux Daiquiri aux bananes gracieuseté de la maison. Et nous nous rappellerons aussi de l'orage tropical survenu alors que nous y étions. Pour nous c'était la première pluie du voyage. Pour eux, la première depuis des mois. Les thailandais dansaient donc de joie tout sourire sous l'eau ! Et pour les observateurs, vous verrez le drapeau canadien au fond de ce bar jamaïcain. En discutant avec notre charmant serveur, nous avons compris que c'est en l'honneur de la légalité du cannabis chez nous. Le Canada serait-il devenu comme Amsterdam et tout le monde veut y aller pour fumer des pétards ?! Chose certaine, le drapeau, c'était aussi un code pour les fumeurs de cannabis : dans ce bar, tu peux fumer comme au Canada. Ailleurs en Thaïlande, c'est illégal ...


Évidemment, nous nous sommes contentés d'une bonne Chang et d'une margarita (avec alcool).


Demain, on quitte ce petit paradis pour le nord de la Thaïlande. Nous avons bien hâte de découvrir d'autres richesses culturelles et naturelles qu'offre ce beau pays et de parfaire notre apprentissage de la langue thaï. 







192 vues1 commentaire
 
 

Contactez-nous

 

©2019 Les Brouilleville en vadrouille (avec l'aide de Chad Gourville).